Diriger une clinique en 2015

Si le parcours professionnel des directeurs de cliniques privées à orientation Médico-Chirurgicale et Obstétricale était étudié, il y aurait fort à parier qu’aucun profil type ne s’imposerait. Pour gérer toutes les contraintes qui pèsent sur ces établissements, les Conseils d’Administration cherchent des perles rares.

Depuis vingt ans maintenant, affolé par le déficit chronique de notre système de santé, le législateur n’a eu de cesse de rebâtir notre monde sanitaire. La dernière loi HPST, dite loi Bachelot, est probablement la plus structurante que ce secteur ait connue.

Toutes ces réformes ont transformé la typologie des acteurs au fil des décennies. Le praticien, ancien responsable de son établissement, a depuis longtemps laissé son fauteuil au gestionnaire ; mais les compétences de gestion seules ne paraissent déjà plus suffisantes. Dans un avenir proche, une partie du chiffre d’affaires des établissements de santé dépendra fortement de l’évaluation des soins dispensés.

Le futur directeur doit disposer d’une grande capacité d’adaptation et de réactivité pour mener à bien toutes les missions fixées par la loi.

Stratège

Dans un environnement très concurrentiel, il défend la position de son établissement auprès de sa tutelle, l’Agence Régionale de Santé. Celle-ci régule et organise le nouveau maillage sanitaire sur son territoire. Elle procède aux arbitrages et délivre ou non les autorisations d’activités (cancérologie, chirurgie, médecine, investissement en équipements lourds de type scanner…).

Dans la marche forcée imposée par l’ARS, le directeur d’établissement doit élargir son champ de vision pour imaginer sa clinique demain dans un environnement beaucoup plus large et très encadré. Ce changement de cap le conduit, autant par nécessité que par opportunité, à se rapprocher d’autres structures hospitalières et sanitaires.

Sur ces bases, il va alors bâtir conjointement avec le corps médical un Projet d’établissement qu’il présentera à sa tutelle pour validation et rester impliqué, par nécessité, dans toutes les réunions très chronophages avec cette dernière.

Dirigeant

Ce dirigeant endosse alors le rôle d’animateur comme n’importe quel patron de PME, avec quelques particularités. Il l’exerce tout d’abord au sein des instances de pilotage du projet d’établissement qu’il aura créées pour l’occasion. Il le joue également dans les multiples comités constitués pour poursuivre la politique d’amélioration continue (lutte contre les infections nosocomiales, Hémovigilance, Pharmacovigilance, Matériovigilance, Certification, Relation avec les usagers…).

Il doit assurer par ailleurs un contrôle :

  • Sur l’efficacité de la politique de soins au bénéfice des patients
  • Sur la bonne organisation des services cliniques, médicotechniques et administratifs
  • Sur les difficultés rencontrées par les responsables de pôles dans leur fonction en organisant des points de rencontre réguliers.

Ce dernier aspect revêt une difficulté particulière : l’organiser tout en ménageant les relations avec le corps médical. Celui-ci produit le chiffre d’affaires mais, par son statut libéral, n’a aucun lien de subordination avec le dirigeant.

Arbitre

Enfin il doit régulièrement jouer un rôle d’arbitre pour régler des situations où la sécurité des personnes est en jeu ou pour traiter des conflits qui sont apparus avec les familles ou les accompagnants.

En somme, il s’agit là de toutes les tâches d’un patron de PME, qui doit rendre compte à ses actionnaires et faire preuve de créativité pour s’adapter à un environnement de plus en plus contraint. Nous assistons aujourd’hui à un bouleversement profond des comportements.

La structuration même du capital humain est repensée, à commencer par son chef de file. Ses dirigeants reconsidèrent leur organisation, échangent entre eux pour rompre l’isolement et imaginer leur futur. Des mutualisations des tâches sont en cours et de certains métiers probablement demain. Des postes clés sont revus ou créés (Directeur de Blocs, Analyste Supply Chain, Chief Digital Officer…), en s’inspirant du monde industriel.

Par sa présence aux côtés des cliniques depuis plus de 20 ans, Eurosearch & Associés a capitalisé une expérience unique sur ce secteur et ses enjeux managériaux. Elle est capable d’aller chercher les perles rares au fond de la Mer Rouge.

Jean Dermersedian

Partner

Retour